Vézelay, lady, lay : le petit village qui avait tout d’un grand

Les gens assimilent souvent Vézelay à sa basilique. Ils n’ont absolument pas tort, mais dire que le village du Morvan ne se résume qu’à cela serait une hérésie que l’on ne peut pas laisser vivre sur ce site. Allez, on vous fait un tour des activités qui pèsent le plus sur la colline inspirée !

La fameuse « colline inspirée », classée au patrimoine mondial de l’humanité

La colline a des yeux 

Vezelay, pour vous replacer le village dans le contexte, et donc sur une carte, c’est en Bourgogne, plus précisément dans l’Yonne. En y arrivant par la plaine, par la route d’Avallon, il est dur de ne pas se concentrer sur cette immense basilique, également église et abbaye, qui représente le lieu de départ des pèlerins pour le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cependant, en entreprenant l’ascension du village vers la basilique, mes yeux se sont égarés sur un musée, qui en ces lieux me paraissait irréel : le musée Zervos.

Cahiers d’art et litanies

 Il est situé en bas de la rue principale du village. J’ai eu du mal à croire que je trouverais un musée d’art contemporain dans une petite commune de la sorte : c’est vrai que l’on s’attend plus à voir des reliques de saints et autres calices séculiers que les œuvres originales d’artistes contemporains. C’est donc en frottant mes yeux plusieurs fois que je me suis rendu compte que j’étais en face d’œuvres de Calder (vous savez, le créateur des célèbres mobiles), de Giacometti, on encore de Kandinsky. Après enquête auprès de mes informateurs, j’apprends que Christian Zervos, célèbre marchand d’arts de la place parisienne, a passé quelques années, pendant l’occupation allemande, dans la ville de Vézelay. À sa mort, il léguera toutes ses œuvres d’art à la ville de Vézelay pour ouvrir un musée. La plupart des œuvres sont d’ailleurs des cadeaux de Picasso, Calder, avec souvent des mots attendrissant de la main des artistes pour le critique et éditeur qui était avant tout un ami.

Le musée d’art contemporain de Vézelay

Le cimetière des stars… ou presque

 D’ailleurs, en se rendant au bout de la colline, derrière la basilique, on retrouve les époux Zervos qui reposent en paix ensemble. Eux qui ont fait don de leur collection à la collectivité. En observant un peu autour, on y trouve quelques noms célèbres. Enfin, question de référentiel, pas de Picasso ou même de Joe Dassin dans ce petit Père Lachaise. On y retrouve Romain Rolland, écrivain, prix Nobel de littérature pour son livre Jean-Christophe publié en 10 volumes de 1904 à 1912. Ou encore, Georges Bataille, auteur et anthropologue du XXème siècle, qui a été lui aussi séduit par la colline classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le cimetière de Vézelay

Basilique que ça

Il n’est jamais trop bon de traîner trop longtemps dans les cimetières, et une fois que le tour du village a été fait, il faut bien que j’y rentre dans cette basilique Sainte-Marie-Madeleine. Sans rentrer dans des détails trop complexes, la particularité de la basilique construite au XIIème siècle réside dans son mélange stylistique : de l’art roman notamment de part son tympan (la partie de l’église, pas l’oreille évidemment) et du style gothique qui donne ce côté très lumineux et divin à l’édifice. Quand on marche à l’intérieur, on ne peut être qu’impressionné par cette lumière blanche et pur qui s’en dégage. C’est d’ailleurs une chance de pouvoir encore la voir, car la basilique a bien failli ne plus être. D’importantes réparations ont été faites à partir de 1840, notamment par l’architecte Viollet-le-Duc, qui a redonné ses lettres de noblesses à un édifice qui prenait l’eau et qui méritait de s’effondrer. Lors de la réfaction de certaines parties de la basilique, Viollet-le-Duc s’est d’ailleurs un peu lâché sur l’interprétation de la bible, rendant quelques sculptures assez étonnantes…

Vézelay est un lieu de pèlerinage important sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

La colline, ça creuse

 Je ne peux pas vous laisser partir de Vézelay sans vous indiquer une petite table pour vous sustenter. Arrêtez-vous donc au Vézelien, un bistro traditionnel où l’accueil et la qualité des plats nous ont conforté sur notre vision de la commune de Vézelay : un endroit où le temps s’arrête, et où on se sent vivre.

Texte : Julien Rouche
Photo : Edouard Roussel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *