Du yoga en Quechua : qu’est-ce que c’est cool !

La randonnée et le yoga ont plusieurs points de concordance : ils permettent de se rapprocher de la nature et par la même occasion de passer un moment introspectif. Il était donc naturel d’allier les deux, et c’est ce que fait Hélène Foulquier dans sa petite commune d’Etrigny, entre Chalon-sur-Saône et Tournus. Etant un profane du yoga, je me suis rendu sur place afin de découvrir cette activité originale… Namasté !

Hélène et les buis(sons)

Autant vous le dire tout de suite : il est préférable d’être matinal car le rendez-vous est fixé à 8h sur le lieu de la randonnée, lieu qui peut varier selon les conditions climatiques. Par exemple, cet été la pyrale du buis, un insecte en provenance d’Asie, attaque tous les arbustes de la région, rendant la randonnée initiale impossible à cause de la prolifération de cette espèce dans nos régions. Qu’à cela ne tienne, Hélène nous propose aujourd’hui une randonnée alternative à travers des bois plus cléments.

Randonnée silencieuse avant la séance de yoga

Faire le point avec ses orteils

La balade est naturellement ouverte aux novices et Hélène vous prête un tapis de yoga si vous n’en avez pas. La balade se divise en trois parties. La première, d’environ 30 minutes, est une marche silencieuse. Elle permet de se concentrer en évitant de penser à tous les tracas quotidiens, ou à notre agenda. Pour cela Hélène nous conseille : « On évite de penser au futur, au passé, à ce que l’on va faire ce soir… Pour cela on va se concentrer sur ses pieds, sur ce que l’on marche, et à sa respiration pour focaliser sur l’encrage ». Chacun marche à son rythme et écoute sa respiration.

La position de l’arbre et la terre mère

Une fois arrivé dans une clairière, on trouve un endroit agréable près d’un étang pour installer nos tapis… La séance de yoga va pouvoir commencer. C’est la deuxième étape. La relaxation fait partie intégrante de l’activité et nous commençons tranquillement par une position allongée. Hélène nous guide à travers les différentes étapes afin que « tout notre corps soit connecté à la terre mère, afin de faire confiance à la dualité terre/ciel et à la rencontre de ces deux mondes quand on respire » Vous la suivez ? Installés sous les arbres, nous sommes très bien, malgré le temps couvert du jour.

La séance de yoga se complique quelque peu par la suite, la position de l’arbre ou celle du triangle sont autant de postures qui requièrent un minimum de souplesse. Pas d’inquiétude toutefois, pour les moins souples d’entre nous, Hélène précise : « Il n’y a pas de concept de performance dans le yoga, ce n’est pas grave si on n’arrive pas à reproduire exactement la position, il faut se sentir confortable ». 

Namasté 

La séance de yoga dure environ une heure. Hélène propose une approche facile et agréable à cet univers. D’ailleurs dans notre groupe du jour, composé d’environ 8 personnes, je ne suis pas le seul néophyte. « Je ne prends pas plus de huit personnes, pour garder une proximité, tous les niveaux sont acceptés ici », confie Hélène.

>> Envie de s’essayer au yoga en pleine nature ? Retrouvez cette expérience sur Happy Bourgogne

Après avoir « souri avec notre cœur et remercié la terre mère », nous finissons notre séance avec le traditionnel Aum (ou OM), la syllabe sanskrite qui représente la vibration première et divine à partir de laquelle tout l’univers s’est crée ! Rien de moins…

No place like « Aum »

Une fois, la séance terminée, nous regagnons le point de rendez-vous. C’est la dernière étape. Cette fois-ci, on est invité à échanger avec un autre participant sur notre expérience, notre ressenti. Je rencontre Stéphanie*, qui n’en est pas à sa première séance de yoga, puisqu’elle pratique depuis 10 ans la discipline. Elle a commencé à Londres dans des centres assez généralistes, puis en s’installant à Paris, elle a eu l’occasion de trouver des espaces plus adaptés à la pratique. Stéphanie nous confie : « J’ai une maison de vacances à côté, j’ai vu par hasard qu’Hélène proposait une randonnée yoga, c’était l’occasion de renouer avec le yoga pour ma fille et moi. Nous avons commencé ensemble, cela nous rapproche ». J’en conclus que le yoga n’est pas uniquement un moyen d’introspection, il est aussi un liant social.

En regagnant ma voiture, je me sens détendu, je ne sais pas si mes chakras sont ouverts, mais une chose est sûre, c’est que je souris avec mon cœur. Et c’est bien le plus important !

Texte : Julien Rouche
Photos : Edouard Roussel

* Le prénom a été modifié pour l’article

Bonus : une autre séance de yoga à découvrir avec Happy Bourgogne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *