Plage, bonne bouffe et belles pierres dans l’Auxois

On l’aperçoit perché en haut de sa colline quand on emprunte l’A6. On lève les yeux, on se dit que c’est beau, mais on ne prend pas toujours le temps de s’arrêter en descendant dans le midi. Le midi, mais c’est là justement. Petite journée peinard du côté de Châteauneuf-en-Auxois, en haut et au pied de la colline.

À 2 km de l’autoroute, à 40 bornes de Dijon, à l’entrée de l’Auxois, Châteauneuf-en-Auxois est tout simplement un des plus beaux villages de France. L’Auxois, on peut dire, pour aller vite et si on vous le demande, que c’est ce qu’il y a entre Dijon et le Morvan. Ce n’est pas du chauvinisme bourguignon, le village a obtenu les précieux labels il y a déjà de nombreuses années. En arrivant de l’autoroute, on croise au pied du village le canal de Bourgogne, juste avant de passer la fameuse voûte de Pouilly-en-Auxois. En s’arrêtant pour contempler le passage des péniches, on aperçoit le long du canal au village de Vandenesse-en-Auxois un établissement dont on nous a déjà parlé pendant nos pérégrinations en Bourgogne : Chez Lucotte. « Faut y passer, y’a une belle ambiance » nous avait-on glissé. Il est midi, l’odeur file jusqu’à nos narines. On s’arrête.

Chez Lucotte, restaurant atypique, depuis 1919

Chez Lucotte, c’est une institution. L’établissement est un restaurant depuis 1919. Il n’a jamais changé de nom par respect pour Dominique Lucotte, le premier propriétaire. Aujourd’hui, c’est Nicolas Chardin qui le tient, depuis 16 ans. Cet ancien Parisien s’est installé dans le coin à la base pour pouvoir pratiquer sa passion, la moto, et a fait de ce resto un incontournable. 

La sympathique carte du restaurant Chez Lucotte

« Ici, c’est ‘galactical’ ! Entre l’autoroute, le canal, les motards qui passent, et Châteauneuf là » 

Ici, c’est à la bonne franquette. Touristes, gens du village, travailleurs du coin. Un beau mélange à l’intérieur. Qui sent l’authentique. On peut s’installer en terrasse, le long de l’écluse. Nicolas est un bon vivant et son équipe aussi. Il a toujours une petite blague à glisser aux clients. Côté déco, c’est fou. La passion de Nicolas pour la moto s’affiche jusqu’aux toilettes, gardées par des mobylettes ; et tout un tas de petites phrases sont accrochées aux murs et à l’entrée du resto. « C’est notre façon de souhaiter la bienvenue à tout le monde sans exception, même les terroristes, hein. On pensait faire une salle d’explosion pour eux, pour qu’il vienne confortablement ». Sacré Nico.

Côté assiette, pas la peine de commander. Il y a un menu. Vous vous asseyez et on vous abreuve. Des plats qui sentent le terroir, sans chichi. On est dans l’efficacité. Saucisse de Toulouse, purée maison, ratatouille. Tous les mercredis, c’est Charolais, et c’est plein.

En fait, le resto est plein presque tous les midis de semaine. Le reste du temps, il est fermé. « Ne me faites pas un trop bon article, sinon on va avoir trop de monde. On a déjà TF1 qui est passé, pour Pernaut, le 13h… Même l’hiver ça marche bien ». On nous explique que malgré son côté campagne, le coin est très vivant. « Ici, c’est ‘galactical’ ! Entre l’autoroute, le canal, les motards qui passent, et Châteauneuf là », raconte Nicolas en pointant le château perché qu’on aperçoit de sa terrasse.

Le lac de Panthier, endroit idéal pour se détendre

Hé bien justement, Châteauneuf, allons-y. C’est à 2 km. Il fait chaud en cette après-midi d’été et la pancarte « Lac de Panthier, 1 km » à notre gauche juste avant de monter au village nous fait de l’oeil. On a bien le temps de piquer une tête. Le lac de Panthier est un réservoir, l’accès est gratuit. Un joli rond posé au coeur de l’Auxois, dominé par ses collines. Joli petit panorama sur la Bourgogne. On y trouve un camping, un bar, une base de loisirs. Paddle, canoë, catamaran… Pour pas grand chose, vous pouvez chiller (en gros : flâner à la cool, pour les jeunes) sur les eaux calmes, apercevoir les petites cabanes du bord du lac, choisir entre l’animation de la plage surveillée ou le calme de la digue, où des escaliers vous emmèneront jusqu’à l’eau. Le lac de campagne idéal pour la famille.

Châteauneuf ? Un décor de films d’époque

On aurait pu y passer le reste de l’après-midi, mais on a un but. On y va à Châteauneuf ou quoi ?! Arrivé au dessus de la colline, on en a pour son argent, même si on n’a pas dépensé un euro. On domine la plaine de la Vandenesse, l’Auxois, on aperçoit le Morvan en fond. Magnifique. L’histoire du village commence au 13ème siècle, avec les premières pierres du château, lancé par Philippe Pot, chevalier de la Toison d’Or, grand sénéchal du Duché de Bourgogne avant sa chute et donc meilleur pote de grands Ducs. Un décor de films d’époque. On s’attend à croiser des moines, des serfs et des chevaliers à tout moment. Quelques terrasses de cafés et de restaurants nous rappellent qu’on est bien au 21ème siècle dans un lieu touristique.

Pendant l’été, des concerts sont donnés dans l’enceinte du château

Il y a du passage, des familles, des couples, des peintres qui savourent le panorama ou les vieilles pierres du château ou de la jolie petite église St Philippe et St Jacques datant du 15ème siècle. L’ambiance est douce. Le château se visite, il est désormais propriété de la région Bourgogne-Franche-Comté. La cour est superbe, le pont-levis impressionnant, et l’ensemble est fraîchement restauré. Il nous parle de l’époque faste où Châteauneuf était un point de passage obligé pour les marchands, des Ducs de Bourgogne, de la position « galacticale » de la colline dont nous parlait Nicolas quelques heures avant. L’été, c’est concert dans l’enceinte du château tous les jeudis.

Sur quelques kilomètres carrés, dans l’Auxois, on peut aussi visiter le château de Commarin, celui de Chailly-sur-Armançon, le réservoir de Grosbois, l’incroyable village de Mont St Jean… Ou encore quelques expériences estampillées Happy Bourgogne, comme un atelier fabrication de savon à l’ancienne ou une rando des trois châteaux.

Texte : Antoine Gauthier
Photos : Edouard Roussel

1 comment

  1. Vous oubliez de mentionner ce qui ajoutera aux charmes déjà nombreux de l’Auxois : les plantations d’éoliennes qui vous égayer le paysage
    jour et nuits de leur clignotements incessants … si les responsables du Tourisme ne protestent pas pour s’y opposer !
    Le Premier ministre a déclaré qu’il souhaitait que la France accueille 100 millions de touristes car le  » tourisme est un Trésor national!
    Curieuse façon de voir les choses à l’envers! Pourquoi les touristes viennent-ils en France ?
    Pour voir et apprécier nos paysages, nos villages, nos villes et nos monuments. C’est notre patrimoine paysager et architectural qui constituent donc le Trésor national dont il parle!
    Si on continue de porter atteinte à ce Trésor, les touristes s’en apercevront assez vite et le rêve des 100 millions de visiteurs s’évanouira avec d’innombrables conséquences. Ce sera l’ultime désertification des campagnes transformées en zones industrielles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *