On a vogué en catamaran sur les Settons

Sur le lac des « Cheutons » (en patois local), on a pu tester le catamaran : des bases de la voile aux premières sensations de glisse. Un rendez-vous rafraîchissant au coeur du sauvage Haut-Morvan.

En partant de Dijon, après avoir traversé un bon nombre de villages de l’Auxois, reliés par de petites routes sinueuses, tous aussi charmants et paumés les uns que les autres, on arrive à Montsauche-les-Settons, pour finir… les pieds dans le lac !

Les Glénans ? Non… les Settons.

Le lac des Settons a une histoire bien à lui. Niché dans le Parc naturel régional du Morvan, rien que la route pour y accéder fait du bien. En plein mois de juillet, j’avoue avoir eu peur de me retrouver au milieu d’une foule de badauds. Point du tout. Alimenté par la Cure, petite rivière bourguignonne, le lac, un réservoir plutôt, fait environ 366 hectares. 366 hectares de tranquillité. Conçu au XIXème siècle pour le transport de bois jusqu’à Paris, le lac a ensuite retrouvé une nouvelle fonction avec les congés payés : il devient un lieu de loisirs. Sur ses berges, les premiers campings s’installent et les touristes affluent dès les années 50.

On ne s’ennuie pas aux « Cheutons »

Un nombre impressionnant d’activités sont proposées aux vacanciers pendant la période estivale. De la randonnée, pédestre ou équestre, avec notamment les GR 13, GR de Pays Tour du Morvan, mais aussi des circuits de VTT. Sur l’eau, les possibilités sont multiples : de la voile, du canoë, du paddle, de l’aviron et même du ski nautique. Il est également possible de louer des pédalos. Pour ma part, on a pu tester le catamaran ! On a été accueillis par l’équipe de la base de loisirs Activital. C’est Fabien, un tout jeune animateur d’activités nautiques, qui nous a guidé dans cette aventure. Du haut de ses 18 ans, il semblait ravi de nous expliquer tout de cette pratique de la voile, qu’il expérimente depuis ses 8 ans, et du lac, qu’il connaît et traverse depuis toujours.

Les Settons : pas de courant, pas de marée, pas d’emmerdes

Larguons les amarres

Parés d’un haut de combinaison manches longues pour éviter de finir vanille-fraise, on était également munis du gilet de sauvetage réglementaire et hop, sur le ponton, pour un cours express de voile avant la mise à l’eau. Une fois sur l’eau, c’est en binôme, guidé par Fabien, dans son petit bateau à moteur, qu’on a pris nos marques. Quelques minutes plus tard, je suis en confiance et mon collègue peut rejoindre Fabien, sur le bateau moteur, pour prendre les photos. C’était parti pour une petite régate en solitaire. La joie est présente !

Le vent a la fâcheuse tendance de jouer à cache-cache avec nous ce jour-là et Fabien nous explique que dévié par la forêt, le vent s’engouffre de plusieurs côtés dans le lac, ce qui rend son sens difficilement prévisible et particulièrement changeant. Cependant, pour débuter, les quelques risées en alternance avec les accalmies rendent l’exercice agréable, entre petites accélérations et contemplation des alentours.

Bon, c’est sûr qu’au niveau confort, un dart ce n’est pas le nec plus ultra, mais ce petit catamaran très maniable passe absolument partout

« Parez à virer ? On vire ! »

On a vogué sur un catamaran (dart 16) adapté à tout niveau dont la voile faisait 6 mètres carrés. Fabien nous a d’abord expliqué comment régler cette voile pour bien prendre le vent. Il y a trois choses à gérer à bord : une barre à l’arrière, déjà, pour orienter le bateau à gauche ou à droite, puis la grande voile qu’il s’agit de guider avec « un système de cordage » et le foc, une voile plus petite à l’avant, qui doit toujours être parallèle avec la grande voile. Le catamaran est sur deux coques, il faut donc passer de l’une à l’autre quand on vire de bord et parfois équilibrer le poids sur le bateau afin de ne pas finir à l’eau. Il y a aussi tout un vocabulaire de navigation, que personnellement j’ignorais, comme : « Border », c’est-à-dire tendre la voile et son contraire « Choquer » pour donner du leste à la voile ; « Abattre », lorsqu’on s’écarte de l’axe du vent en tirant la barre. Et j’en passe…

Tiens bien ta casquette, on rigole plus

Voyant que je me débrouillais et que la vitesse ne m’effrayait pas, notre jeune moniteur d’un jour a proposé de prendre les rênes -ou plutôt l’écoute- pour aller plus vite et faire pencher le cata, pour éventuellement se retrouver à la verticale. Comment vous dire… j’ai acquiescé sans hésitation à la proposition. Fabien nous avoue commencer ses journées avec quelques traversées à toute allure pour se faire plaisir – sympa le job ! En cherchant les risées, pour faire gîter le dart, Fabien se confie sur sa passion de la voile et ses connaissances sur le site des Settons, lui venant de sa famille.

Tirer des bords en long en large et en travers permet de découvrir les charmes des Settons

Il faut dire que sur le site des Settons règne une ambiance paisible propice à des moments reposants en famille. Au niveau de la base nautique, de loisirs, toutes les générations se côtoient. Sur la petite plage, surveillée, les coins tranquilles à l’ombre des sapins ne manquent pas. Entre château de sable et bateau gonflable, les rires d’enfants ponctuent chaque instants.

Alors voilà, pour une, deux ou trois heures, seul ou en couple, l’initiation au catamaran est une activité rafraîchissante dans un cadre paisible et vivifiant. Il ne suffira que d’une vieille paire de chaussures fermées, une tenue de rechange pour l’après activité et l’appel de la découverte. En somme, si on veut éviter la cohue tout en profitant des activités nautiques, la base Activital du lac des Settons semble le lieu parfait. Sur le catamaran, préparez-vous à prendre un grand bol d’air dans ce chouette coin qu’est le Haut-Morvan, et ce lac qui réserve de nombreuses surprises.

Texte : Chloé Guillot
Photos : Edouard Roussel

À quelques kilomètres, vous pouvez aussi expérimenter :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *