On a testé la pâtisserie à domicile : Hay Macaronnage !

L’hiver est bel et bien présent, et les activités extérieures, à l’exception de la luge et du dégivrage de voiture, sont totalement proscrites. Alors on s’est dit que c’était le bon moment pour cuisiner et se faire plaisir sans sortir de chez soi. Attention, 1,2,3 pâtissez !

Ce qui est bien avec Marie-Christine, c’est que la cuisine se passe à domicile ! Que ce soit pour faire du salé ou du sucré, tout se passe au chaud dans VOTRE cuisine. Même pas besoin de se déplacer, mais ce n’est pas pour autant que vous n’allez pas suer ! Car il faut y aller avec MC : cette jeune sexagénaire dépote et on peut dire que l’on ne risque pas de s’ennuyer avec elle. Ah oui, au passage, aucune comparaison avec Mercotte de la célèbre émission de pâtisserie ne sera tolérée: « cette Mercotte, je ne peux pas l’encadrer ! »

Blague dans le sac, on est quand même là pour bosser, et aujourd’hui on fait les gourmands avec les macarons au chocolat. Au niveau du matériel, on est bien loti car Marie-Christine vient avec tout le nécessaire, que ce soit les moules ou bien même la matière première. « Cela permet d’éviter d’acheter n’importe qunoi ». Oui, aucune excuse pour ne pas réaliser des macarons de compétition.

Concernant la préparation, il faut tout de même prévoir deux heures voire deux heures et demi devant soi. Les macarons, ça se mérite, on n’est pas sur du sachet de préparation Alsa, bande de fainéants !

Prends-ça dans ta ganache

Marie-Christine sait vous mettre à l’aise même si vos compétences, comme moi, avoisinent le zéro pointé. Pas question, de vous laisser à la traîne. « Je vais vous faire travailler et si vous êtes bien rigoureux, il n’y a rien de compliqué dans la confection des macarons », me toise la cheffe à domicile… Pas sûr que la mayonnaise, ou plutôt le macaron, prenne avec moi. En attendant Marie-Christine fait chauffer vos fourneaux, prête à vous transformer en meilleur ouvrier de France, nous les handicapés de la spatule.

Et faut dire qu’il y a du taf, entre la séparation des blancs et des jaunes, la réalisation de la meringue italienne (« ne changez pas de sens quand vous battez vos œufs »), la préparation de la ganache (c’est l’occasion de mettre nos gros doigts pour racler le saladier) et j’en passe et des meilleurs. Les étapes de fabrication nous mettent à mal même si elles provoquent une satisfaction à chaque palier validé. Marie-Christine nous l’avait dit : «  La pâtisserie est un art qui nécessite l’exactitude, aucune mesure à la louche n’est acceptable si vous voulez avoir un résultat qui ressemble à quelque chose ».

En parlant de ressembler à quelque chose, le moulage des coques sur le plateau demande une dextérité incroyable. Autant vous dire qu’à ce moment-là, mes deux mains gauches sont mises à mal pour réaliser quelque chose de correct. Sans trop rentrer dans les détails de la fabrication (on ne va quand même pas dévoiler tous les secrets), Marie-Christine arrivera à vous magnifier en deux heures, faisant de vous le gendre idéal, encore mieux que Laurent Romejko.

Mieux que les macarons des grands chocolatiers

Comme on le disait un peu plus haut, rien n’est laissé au hasard dans les macarons. Il est important de « macaronner », c’est à dire de réaliser une cuisson rapide, puis de faire reposer les coques pour que celles-ci « croûtent ». Selon Marie-Christine, « le croûtage est nécessaire, pas de bons macarons sans croûtage ».

Après une cuisson de 14 minutes à la seconde près, nos coques sont prêtes. C’est beau, on dirait du travail de pro. On est prêt à généreusement remplir la ganache entre nos coques et de mettre en valeur nos superbes créations avec la poudre d’or histoire de faire une présentation digne des plus grands. Il nous reste plus qu’à déguster le fruit de ce dur labeur, entre amis ou en cachette dans sa cuisine !

Texte : Julien Rouche
Photos : Edouard Roussel

Vous aussi, apprenez à faire vos macarons comme des chefs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *