Les recettes bourguignonnes les plus folles

Il y a les impondérables, les valeurs sûres que tout le monde connait : les œufs meurettes, le bœuf bourguignon ou le poulet Gaston Gérard (qu’on devrait rebaptiser du nom de son épouse : Reine Geneviève Bourgogne). Heureusement, entre ces monuments indéboulonnables de la gastronomie locale, il reste de la place pour l’audace et la nouveauté. Gourmets et gourmettes, préparez vos papilles, ça va tanguer. Voilà un petit florilège de quelques curiosités (ou aberrations) gastronomiques plus ou moins bourguignonnes.

Tiramisu époisses et rhubarbes. Quel genre d’esprit détraqué a pu avoir l’idée d’une telle recette ? Néanmoins, reconnaissons qu’il faut une sublime confiance en soi pour oser cuisiner ce tiramisu infernal et le servir à ses invités. D’ailleurs, on ne sait même pas si c’est un dessert, un plat ou une entrée.

Le petit plus ! Pour le samu, composez le 15.

Mini-muffins aux escargots. Le chef d’oeuvre de l’apéro bourguignon réussi : les mini-muffins aux petit gris. Grâce à cette recette astucieuse, terminés les dépiotages de coquilles pour boulouter ces petits gastéropodes spongueux. Finis les  »beurk » et les  »c’est dégueu ». Fourrés dans les mini-muffins, ça passe tout seul.  

Le petit plus ! Un mini-muffin bien dosé permet d’éponger jusqu’à un litre de rosé-pamplemousse.

Nems d’andouillette de chablis à la moutarde et à l’estragon. Tout est dans le packaging. Si l’andouillette vous fait peur avec sa forme boudinée, son air de coprolithe (excrément fossilisé) et son parfum de charcutaille un jour de canicule, pas de problème : il suffit de changer l’emballage. Dans cette recette, on vous apprend à faire un petit tour de passe-passe. Et ni vu ni connu une andouilette rhabillée dans de la feuille de riz, ça passe tout seul.

Le petit plus ! Ne pas culpabiliser, le gras, c’est la vie.

Poulet de Bresse façon KFC. Appelons ça le Bresse Fried Chicken : le mariage du terroir bressan et de la junk food. Grace à cette recette ci et surtout celle-là, plus besoin d’aller au drive pour récupérer son bucket de crispy tender. En plus, ça n’a pas l’air si compliqué à faire. Et puis frire un bon poulet de bresse qui a cavalé en pleine air, c’est quand même plus goûtu que des nuggets de poussins élevés en batterie.

Le petit plus ! Une idée de dressage : pèle-mêle dans une boite en carton.

Zézette à l’anis de Flavigny. La zézette a beau être un savoureux biscuit d’origine sétoise, on peut le customiser façon Bourgogne. Oubliez le vin rouge ou la crème de cassis, là c’est avec l’anis de Flavigny qu’on agrémente la modèle original d’une petite touche locale et anisée. Tout est détaillé là.

Le petit plus ! Effet secondaire : peut inspirer toute sorte de blague, du gentiment potache au méchamment graveleux.

Texte : Edouard Roussel
Photos : DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *