Le top 5 des films tournés en Bourgogne

La Bourgogne, c’est beau, c’est pour ça que les productions françaises, qui sont souvent parisiennes, voire hollywoodiennes (ouais !), viennent tourner dans le coin. La Bourgogne, c’est plein de paysages de terroir, de villes et villages qui ont gardé les charmes de leur histoire. En plus, c’est pas loin de Paris et y’a moyen de gratter une sub’ au conseil régional si on tourne dans le coin. Je dis ça, je dis rien… On ne vous a pas compté les films qui n’ont tourné qu’une ou deux scènes dans la région, comme La Reine Margot ou Cyrano et son fameux banc à côté de la chouette de Dijon (à partir de trois scènes ça compte). On ne vous a pas compté non plus La Grande Vadrouille. Hors catégorie, à tout jamais.

Les Valseuses (1974)
Blier est venu filmer Depardieu, Dewaere et Miou-Miou se frottant et se prélassant au bord du canal de Bourgogne, à Pont-d’Ouche. C’est la fameuse scène de pêche (« on n’est pas bien là, à la fraîche… ») où ils jettent Miou-Miou à l’eau. Il se sont trimballés le long du canal à l’été 73 et sont aussi allés tourner à la prison de Beaune, qui ne servait plus depuis 1968, et qui n’existe plus depuis.

Microbe et Gasoil (2015)
Le road movie des deux petits potes, dernier film de Michel Gondry, a été tourné en grande partie en Bourgogne. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont écumé le Morvan : dans l’Yonne à Avallon et au lac du Crescent, dans la Nièvre à Corbigny, à Lormes, et à Ouroux-en-Morvan. C’est poétique, c’est drôle, la musique est signée Jean-Jacques Vanier. Les décors sont (forcément) magnifiques. À découvrir.

Mon Oncle Benjamin (1969)
Le fameux film d’époque d’Édouard Molinaro met Jacques Brel en scène dans une comédie qui pétille, dans le rôle d’un médecin de campagne coureur de jupon, en costume, sous le règne de Louis XV. La fille qu’il essaie de séduire est jouée par Claude Jade, l’égérie de Truffaut, qui est aussi une Bourguignonne pur jus. Le Grand Jacques apprend à ses dépends que ça n’est pas facile de charmer une Bourguignonne. Ils tournent à Vézelay, Clamecy, du côté de Corbigny et dans la vallée de la Cure.

Le Chocolat (2001)
Attention là c’est Hollywood ! Johnny Depp et tout le tintouin. Bon, c’est un film anglo-américain. Juliette Binoche séduit Johnny avec ses chocolats sur fond de petit village français pétri de tradition à la fin des années 50. Ce petit village, c’est Flavigny-sur-Ozerain, parfaitement conservé. Ce film a été un énorme succès aux États-Unis, si bien que des touristes traversent l’Atlantique pour voir où se trouve la petite boutique de Juliette Binoche en vrai. On vous le dit, c’est en face du resto La Grange, sur la place de l’église. Il y a même une plaque sur le mur…

La Carapate (1978)
Alors, ça fait pas plaisir un petit Pierre Richard en fin de classement ? Surtout quand il est accompagné de Victor « Bouli » Lanoux aka Louis La Brocante. La grande classe. Une comédie à la papa de Gérard Oury. Un avocat gauchiste et son client un peu faf’ sur les bords traversent le France pendant les grèves de 68. Les cascades sont de Rémy Julienne, c’est tarte à la crème à souhait, c’est tourné en grande partie à Auxerre et Dijon. Un peu le pré-La Chèvre.

Bonus : Les Bidasses s’en vont en guerre (1974), chef d’œuvre des Charlots tourné en Côte-d’Or. On aperçoit même les pancartes Châteauneuf-en-Auxois et Dijon. Ce qui nous lie, de Cédric Klapisch (2016), dans un autre genre. Le thème, c’est la vigne de Bourgogne, donc forcément, ils ont tourné en Bourgogne…

Antoine Gauthier

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *