J’ai testé pour vous le massage Kobido… et je suis un homme nouveau !

Le massage Kobido c’est LE nouveau moyen à la mode pour lutter contre les signes du temps. Plus à l’aise qu’une blogueuse mode, je suis parti braver l’impossible, façon Enjoy Phoenix, pour retirer les rides qui se multiplient sur mon visage de trentenaire. Test garanti sans botox.

Pendant le massage, Nathalie ferme les yeux pour transmettre l’énergie

Cette pratique japonaise ancienne remonte au XVème siècle. Nathalie Bourgnier, notre praticienne, nous raconte : « il s’agit d’un massage créé pour la première impératrice japonaise afin de préserver la jeunesse de sa peau, sa santé et favoriser un équilibre intérieur ». Ces soins étaient d’ailleurs réservés à l’époque à une élite, on n’est clairement pas sur un soin Yves Rocher. « Seules les impératrices et les geishas avaient alors le droit à ce genre de soins ». Cette pratique est donc intimement liée à la beauté. D’ailleurs, la traduction littérale du terme est « la voie traditionnelle de la beauté ».

Suis la voie de la beauté petit scarabée

Bien qu’étant un moyen de faire ressortir notre plus beau profil, Nathalie insiste sur le côté bien-être de la pratique. « Pour les Japonais, la beauté, c’est la santé qui se voit. On travaille dans un premier temps la relaxation profonde, c’est seulement après que le reflet du corps apparaît ». Effectivement, le lifting naturel, c’est la partie émergée de l’iceberg, on va bien sûr remarquer l’éclat de la peau dans un premier temps mais les clients reviennent pour l’état de relaxation et de bien-être inhérent à la pratique, assure Nathalie.

Quelques pressions sur des parties du visage… et on se laisse embarquer

Kobido 1 – Botox 0

Nathalie vient du monde de l’événementiel, avec une spécialité dans le bien-être. C’est cela qui l’a amené à devenir praticienne et à se former à l’art du Kobido ainsi que du Reki (une forme de magnétisme japonais). Pour sa clientèle, pas de typologie particulière. « J’ai des clients de 24 à 80 ans, des clients qui viennent se relaxer plutôt que gommer des rides… » Nathalie est une passionnée qui aime parler de cet art et essaye également de répondre à des problématiques auprès de personnes qui sont atteintes de problèmes de peaux particuliers, de douleurs (comme de sévères migraines), ou encore qui sont sensibles au stress.

À mon tour de briller

Après un entretien fleuve avec Nathalie, j’ai le droit à mon premier massage Kobido. Je m’installe sur une table de massage au sein du centre ambition bien-être, un espace de co-working à Dijon entre divers praticiens shiatsu, naturopathe ou encore magnétiseur. Une musique d’ambiance japonisante (un peu comme au restaurant) m’apaise, tandis que l’on m’emmitoufle dans une couverture douillette. J’ai d’ailleurs l’impression d’être posé sur un lit qui descend la rivière.

Pas question de discutailler comme chez le coiffeur ou l’esthéticienne, on est ici pour se détendre. Nathalie a pour sûr bénéficié des soins du Kobido, tellement son teint transpire la détente et la bonne santé. Elle m’explique juste qu’elle fermera les yeux pendant le massage pour transmettre une énergie et créer un lien avec moi.

Selon Nathalie, on vient aussi la voir pour des questions de bien-être

Elle commence à appuyer sur quelques points vitaux afin de me détendre avant d’entamer le massage de mon visage. La sensation est agréable, on a l’impression que quelqu’un est là pour nous sculpter le visage. Une sorte de gymnastique faciale, chorégraphique, qui se met en route. On se laisse aller et doucement notre corps s’engourdit pour laisser place à une sensation de bien-être. Cette séance, raccourcie de 15 minutes, n’a pas eu un effet bœuf sur mon visage (il faut dire qu’il y avait pas mal de boulot !), mais elle a permis de me laisser aller, et de me sentir foncièrement bien.

Quand je demande à Nathalie combien de séances il faut pour avoir un résultat visuel, sa réponse est nuancée. « 3 à 4 séances rapprochées pour booster la peau, afin de travailler sur la tonicité. Mais tout dépend de l’âge et de la nature de la peau ». Nathalie ajoute également que même si les personnes viennent pour des considérations physiques dans un premier temps, le bien-être finit toujours par l’emporter. On ajoutera pour les autres, si cela n’est pas suffisant, qu’il existe toujours le botox ! À vos risques et périls…

Texte : Julien Rouche
Photos : Edouard Roussel

Vous aussi, testez le massage facial japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *