Happy Guest : Pascal Gervaize, animateur sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté

On ne présente plus Pascal Gervaize : figure médiatique, ancien animateur radio, aujourd’hui il officie sur France 3 où il présente chaque semaine 9h50 le matin en Bourgogne-Franche-Comté. Rencontre avec celui qui, au fil de ses émissions, nous permet de découvrir les richesses de notre région.

C’est quoi le plus dur : le réveil super tôt tous les matins, ou garder la pèche pendant toute la matinale ?

Garder la pêche quand on ramène sa fraise, avoir la banane pour se fendre la poire… En fait, la télé, c’est une vraie salade de fruits ! Tout le temps, par tous les temps, il faut être présentable, les téléspectateurs ont la gentillesse de nous accueillir chez eux tout de même.

Quel est le plat bourguignon que tu n’échangerais pour rien au monde ?

La pôchouse, notre bouillabaisse de poissons d’eau douce. C’est le trait d’union entre la Bourgogne et le bassin d’Arcachon où j’ai grandi, même si là-bas c’était plutôt les huîtres fraiches !

Apparemment tu es assez friand de chocolat noir. J’ai trouvé une recette de bœuf bourguignon au chocolat. Hérésie complète, ou tu te laisserais tenter ?

C’est ce qu’on appelle « un mariage pour tous culinaire » ? Alors why not ? Mais rien ne vaut la sensation de croquer un bon carré de chocolat noir. Nous avons d’excellents professionnels dans ce domaine dans notre grande région.

Peux-tu me citer une expression typiquement du coin ?

« Je suis gaugé », quand on se prend une bonne averse sur le coin du nez. Par les temps qui courent, c’est une bonne nouvelle, après l’été que nous avons subi en Bourgogne-Franche-Comté !

« Les Bronzés » style, tu as été GO au Club Med pendant ta jeunesse. Pour un Club Med en Bourgogne, plutôt Roche de Solutré ou lac des Settons ?

Le lac des Settons est plus propice aux activités sportives. En général notre verdure est notre meilleur atout touristique ! La preuve, Center Parcs s’intéresse fortement à la Saône-et-Loire et au Jura.

Le meilleur coin de Bourgogne pour se poser après une saison de matinale ?

Le nord de la Côte-d’Or, the future « place to be » avec le projet de parc national. Les autres ont été de vrais atouts, espérons qu’il en sera de même ici.

Pascal, sur le plateau de France 3

Il y a un artiste du cru que t’apprécies particulièrement ?

Aldebert. Ce garçon plein de talents réunit la Franche-Comté où il vit et la Bourgogne où il a fait son service militaire… Guillaume est le seul capable de remplir le Zénith ou Micropolis avec ses chansons pour enfants en plus. J’aime bien la devise d’un de ses titres : « pour vivre heureux vivons couchés ». C’est la méthode couette !

Plutôt kir ou kir royal ?

Plutôt crème de cassis 20 degrés avec de la glace ! On n’y pense pas assez, mais on the rocks, sans fioriture, c’est parfait.

Tu te retrouves plus dans « voix de radio » ou « figure télévisuelle » ?

Et pourquoi pas icône médiatique ? Ou idole des ménagères ? Ou comme vous voulez…  Je n’ai pas une voix de radio, c’est pour ça que j’en ai fait pendant 27 ans pour Radio France et avant sur RFM, FUN… Pour le physique, rien ne vaut la gym faciale ! Histoire d’être de bonne humeur !

Quel est l’évènement de la région que tu ne louperais sous aucun prétexte ?

Florissimo, mais ce n’est que tous les 5 ans, c’est quand même un événement unique. Et le marché de noël de Montbéliard pour rencontrer le père noël.

Ton moment préféré pour lancer un ban bourguignon?

Tout le temps en fait… Ce n’est pas très rock’n’roll mais il n’y a pas d’équivalent ailleurs… il n’y a qu’à voir la tête des artistes quand pour les remercier on entame un ban bourguignon !

Les Francs-Comtois vivent bien le fait que ça soit un Bourguignon qui présente leur matinale ?

Vous savez, la Bourgogne-Franche-Comté est une seule grande région ! J’ai présenté pendant plus de 20 ans la météo en Bourgogne et en Franche-Comté, alors à force les fidèles de France 3 ont dû s’habituer à moi, j’espère ! Né à Vierzon, j’ai grandi dans le sud-ouest et vis à Dijon depuis 25 ans. Je me sens partout chez moi.

Propos recueillis par Cyrille Pichenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *