On était dans le coin : Savigny-lès-Beaune

On aurait pu appeler cet article « Savigny sous la pluie » tellement ce vendredi de fin septembre était inadapté à la visite d’un bourg qui a tout pour être dans le top 100 des plus beaux villages de France. Qu’à cela ne tienne, armé de nos cirés, nous avons tout de même bravé le mauvais temps pour découvrir un village d’exception, idéalement placé entre Beaune, la colline d’Aloxe-Corton et la cuvette de Pernand-Vergelesses.

Pour la petite anecdote, saviez-vous que Savigny-lès-Beaune était aussi appelé Savigny-sous-Beaune au XIXème siècle ? Les habitants, « fiers comme des bars-tabacs », étaient généralement froissés par cette dénomination qui a finalement été abandonnée. À Savigny, vous connaissez forcément le château, construit au moyen-âge, il a été aménagé à plusieurs reprises pour le rendre plus moderne. Après avoir été prisé par les parlementaires dijonnais, il est désormais un lieu de visite, notamment pour les passionnés d’aviation et de mécanique avec son musée. Tout ça c’est bien beau, mais nous on voulait de l’authentique, voire de l’underground : connaître les secrets de ce village, en découvrir chaque recoin. On a donc pris rendez-vous avec Véronique Mangold, une guide touristique pas comme les autres qui arpente les villages à la recherche de secrets bien gardés dans les murs de ces cités.

Véronique Mangold, notre guide

What’s the sentence ?

Véronique nous propose donc un parcours qu’elle réalise habituellement en groupe. « J’aime faire ce parcours avec une dizaine de personnes, des petits et des grands. On  me sollicite souvent pour des cousinades, des week-end en famille dans le coin ». Une bonne façon d’éliminer les calories emmagasinées après les longs repas de famille ! Ces visites sont composées d’énigmes et d’informations ludiques autour de la vigne et du patrimoine. Elle nous fait part rapidement du premier mystère du village ; ses sentences. « Les sentences sont des petites phrases mystérieuses qui ont été inscrites au XVIème siècle sur la devanture de maison, où même à l’orée du château ». La plus connue est flanquée sur une des portes du château : « les vins de Savigny sont des vins nourrissants, théologique et morbifuge ». Une phrase qui vante les bienfaits du vins (« morbifuge » signifie « qui éloigne la maladie », on est bien loin des derniers rapports sur les méfaits du vin rouge à chaque repas).

Les fameuses « sentences »

La sentence, c’est un peu l’ancêtre du graffiti, sauf que l’on grave au burin (forcément c’est plus long et moins effaçable). Un peu plus loin, sur la place du village on retrouve une autre sentence, cette fois-ci en latin, ma langue optionnelle au collège dont j’ai à peu près tout oublié. Véronique nous aide : « Celui qui est loin des soucis, celui là est heureux, si tu veux être tel, soit paysan ». Un motto qui ferait fureur au salon de l’agriculture.

Un temps de chien

Born to be wine

On continue notre pérégrination dans les rues de Savigny. Autour de la mairie, on sent les odeurs de raisins qui émanent des cuveries en cette période post-vendanges, on s’y croirait ! On tombe nez à nez avec le blason de la ville à un croisement ; rouge comme le vin et fièrement orné de la tour d’or maçonnée de sable, emblème des ducs de bourgogne et affublé de trois étoiles représentant la splendeur de la famille. Véronique notre guide, nous fait pénétrer dans le quotidien de Savigny, elle nous présente le four banal, ancien four à pain toujours en état de fonctionnement, « ce four sera utilisé pour la fête du pain qui aura lieu au mois d’octobre ». Véro les bons tuyaux ! On s’enfonce dans les rues escarpées, rues qui possèdent d’ailleurs les noms des bienfaiteurs de la ville, comme Eulalie Fion, riche habitante qui a donné de l’argent à la commune et à l’hospice pour les soins d’orphelins.

Toit de Savigny

Le clou du spectacle

Pour finir notre visite guidée de Savigny, Véronique nous a gardé une surprise de taille. Nous pénétrons dans le domaine Chandon de Briailles, ouvert au public pour les curieux, avec un superbe jardin à la française classé monument historique. On ne peut que tomber sous le charme de ce jardin ; véritable image d’Epinal du raffinement français en terme de géométrie arboricole. Entre buis formidablement taillés (même si la pyrale du buis n’a pas été clémente), platanes monumentaux (les plus anciens de France) et magnifiques rosiers, on se voit aisément badiner ou organiser une garden party près de l’orangeraie. Elisabeth d’Angleterre fut même l’honneur d’une visite privée en 1976. Isn’t it lovely ?

On finit cette visite de Savigny sur cette touche classieuse, on aurait pu vous parler également des inventions incroyables de Jules Guyot, du magnifique lavoir, du domaine de Villamont ou encore des merveilleuses roses de la ruelle de l’Église mais le mieux reste de voir tout cela de vos propres yeux, car Savigny recèle de petites perles cachées qui vous raconteront des histoires pas comme les autres.

Texte : Julien Rouche
Photos : Edouard Roussel

Découvrez cette visite guidée ludique de Savigny avec Véronique Mangold.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *